Ce matin je me dois de vous déclarer officiellement que je suis une « dépendante affective » !

Elle m’a quitté mercredi soir sans crier gare ! Sans préparation psychologique, me laissant ainsi complètement désarmée devant même les gestes les plus simples de la vie.

Sans sa présence, la maison était devenue d’un seul coup silencieuse, obscure et de plus en plus froide. Sa présence ne réchauffait plus ma demeure. Tous mes gestes même les plus simples me rappelaient son absence… Plus moyen de m’y faire et de m’habituer, les gestes tous plus machinales les uns que les autres gravaient profondément dans mon âme, la tristesse de son absence.

Plus le goût de me faire à manger même d’ouvrir le réfrigérateur me faisait peur. Et puis, j’ai perdu le goût de rentrer chez moi et de découvrir ma maison qui n’avait plus d’âme… Pas moyen de me divertir tout me paraissait impossible même les travaux urgents sont devenus impossibles et soudainement sans crier gare, elle est revenue aussi rapidement qu’elle m’avait quitté en un éclat de lumière, telle une Cendrillon à minuit !

Je suis devenue toute excitée voulant d’un seul coup tout…. Réchauffer ma maison, éclairer mon cœur mais en douceur pour ne pas rendre les autres jaloux, de peur que ma trop grande demande d’affection la fasse à nouveau fuir. Son absence de 27 heures m’a parus une éternité !

Ce matin, la joie de vivre était revenue dans ma maison, le goût d’une douche chaude, le goût de partir avec une tenue défroissée et même de m’attarder à la maison pour un café et lui souligner que je l’aime et que je compte qu’elle soit encore là à mon retour !

Je suis prête aujourd’hui à lui dire que je l’aime et que si elle le veut bien, nous pouvons formuler les vœux « Pour l’éternité jusqu’à ce que la mort nous sépare »

Je t’aime chère Électricité !

xxx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.